Sur aquamarine 67

Une histoire d’amour platonique entre un américain mystique et une étudiante de la Sorbonne avant mai 68.

De Aquamarine67

Le Café de Buci, l’estafette Renault, le serveur Michel, en terrasse, Marine, la cabane de la Loterie nationale, à l’intérieur les fausses pierres, le flipper, les néons
crédit photo : Jacques Morpain, septembre 1967
© gaelle kermen 2010

Ce roman-vérité se situe en 1967 en France à Paris au Quartier Latin, entre la rue du Pot de Fer et le café de Buci. Il s’est achevé en mai 1968, début historique d’un autre monde, d’une autre civilisation.

Le texte d’origine a été écrit entre 1969 et 1971. Retrouvé par hasard, vingt-cinq ans plus tard, il a été retranscrit et annoté au cours de l’été 1995. Beaucoup de conversations ou réflexions sont en anglo-américain.

Des repérages ont été ajoutés à la fin. Sur les personnages principaux, secondaires et les personnalités rencontrées. Sur les lieux, les itinéraires. Sur les livres que nous lisions à l’époque ou nos musiques.

Mais ni la forme ni le style n’en ont été modifiés, encore moins la non-ponctuation ou les variations de concordance de temps. Pour garder la fraîcheur d’origine, narcissique et altruiste, intimiste et universaliste.

Itinéraire d’une initiation, peinture d’un monde perdu, document culturel, littéraire et/ou sociologique, écrit par petites touches impressionnistes, construit comme un film, pas de chapitres mais des séquences, pas de paragraphes mais des gros plans, au rythme cassé, haché, rapide ou méditatif, souffle qui se cherche, parfois plein et ample, parfois court et haletant, pensée qui n’a pas de point et met sur le même plan visions, émotions, impressions, sensations, réflexions, comme dans la vie.

Nos chemins avaient été, trente ans plus tard, ceux d’Anaïs Nin et de ses amis, ou ceux d’Hemingway. Une ou deux générations. J’avais pensé que mon premier livre ne serait lisible qu’après ce laps de temps.

Je le lance comme on lance une bouteille à la mer, dans l’océan du World Wide Web, où je me sens à ma place comme un poisson dans l’eau, car j’y publie depuis 1995.

La première édition d’aquamarine 67 a eu lieu en 1997 sur mon site du club-internet puis sur free.fr.

La deuxième édition en ebook a eu lieu sur Amazon Kindle Store en janvier 2010.

La troisième édition se fait sur Smashwords en mars 2010.

aquamarine 67 est un roman-vérité, lu par les jeunes et aimé d’eux depuis quinze ans.

Il s’adresse à celles et ceux qui ont toujours 20 ans dans leur coeur.
kerantorec, mars 2010

© gaelle kermen 2010

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s