avis des lecteurs

Avis des Lecteurs et Lectrices : ce qu’ils pensent d’Aquamarine 67

Trouvé sur mon répondeur de MarieB B.

Je me suis régalée à la lecture d’aquamarine
Vos personnages sont attachants, les événements surprenants.
La vie est comme ça, répétitive, et vous l’exprimez si bien.

Vous avez réveillé des souvenirs de choses que j’ai connues.
C’est un livre plein de poésie
Vous écrivez très bien. »

Par mail de Jacqueline P.
« ton e book m’a accompagnée hier soir, j’ai pris le temps d’entrer dans ta respiration
j’aime la légèreté de ton style d’écriture et la distance, la pudeur inscrites dans tes émotions.

je comprends ton attachement à mon ancien quartier … j’ai suivi tes déambulations comme si tout se passait chez moi
je me suis attachée à Brendan que tu fais revivre pour nous

c’est étonnant de voir en miroir comment se construit une personnalité, les ingrédients nécessaires, les rencontres, les voyages … tout s’organise semble-t-il en fonction d’un plan inconnu.
Je suis heureuse que tu aies trouvé la paix.

je remercie ta fille pour t’avoir incitée à l’écriture et à la publication sur le web !

plein de baisers
jacqueline

 » Merci, pour ce bijou, dur comme une aigue-marine, mais doux comme du miel sensuel qui vous coule dans la bouche…. Au départ, j’ai été dérouté par l’absence totale de ponctuation, et même de liaison, comme s’il fallait dire très vite ce qui sortait de l’esprit, de peur que le souffle ne manque soudain. Puis, après quelques pages, j’ai été séduit par la musique et même la poésie du texte, au service d’un  amour de la vie et des autres. Au milieu de toutes ces rencontres, dont certaines m’ont fait éclater de rire, comme l’adolescent que j’étais en 1967, j’ai retrouvé une chaleur, une générosité, une gourmandise de la vie qui m’ont fait jubiler, moi qui suis désormais un  » papy  » entouré d’une nombreuse descendance, mais qui n’a rien oublié des émois et des découvertes de sa jeunesse. Maurois disait  :   » faites-vous une jeunesse  tendre  »  et il avait bien raison !
Merci Marine, pour ce joyau, que je garde précieusement à portée de main,
comme votre héroïne qui ne quitte jamais sa Pierre – Marine  »
 
Bertrand   Ogerau – Solacroup, écrivain

« J’ai terminé la lecture d’Aquamarine 67. A chaud : très touché par le texte. Ce qui veut dire que ce qui saute d’abord aux yeux est la qualité littéraire de votre opus. Je l’ai lu 3 fois. Et toujours découvert d’autres richesses à chaque fois. Ce n’est pas le propre des grandes oeuvres ? Emporté par la musique aussi. J’y voyais du jazz, vous la mer. »

Francis Royo, lecteur

BLOWIN IN THE WIND. « Elle s’appelle gaelle, vit à Kerantorec, un petit village de Bretagne, où elle a aménagé une maison à l’aide de matériaux naturels (par exemple le chanvre comme enduit pour les murs). Inspirée par Dylan et toute la génération hippie-beatnik des sixties et suivantes, elle a réalisé un site bourré de récits de vie et d’expériences (notamment une « Near Death Experience »). A visiter pour sa sincérité, son authenticité ou pourquoi pas, pour lire un roman inédit à ce jour : Aquamarine 67. »

Adrien Poskin, revue Telemoustique du 07/05/1997, Belgique, Cyber Café, carnet d’adresses Internet.

« Merci pour toutes les résonances de votre aquamarine 67, dans mon coeur et la mémoire… »

Jacques D., lecteur

« Un roman-vérité, ouvrage exutoire qui résonne comme un cri. Quel parcours que celui de cette Marine… Où es-tu, Brendan ? As-tu, un jour, été celui que Marine a perçu? Qu’as-tu fait de toutes ces années ?
En lisant « Aquamarine 67″, j’ai cru voir un film. Tous les ingrédients y sont : l’amour, le vécu, les grandes questions, des événements forts et même de l’humour, sans oublier ce petit côté rétro qui devrait plaire aux jeunes d’aujourd’hui et à notre génération, leurs parents. Les seuls aspects mode et musique devraient suffire à attirer des spectateurs. (…) Merci de m’avoir permis de partager ce moment de vie intense. »

Philipe Desalle, journaliste

« Nostalgie, nostalgie. Ton texte fait revivre une époque défunte, comme tout a changé. Et tu as une écriture très musicale, légère qui suggère et j’aime ça. »

Michel Polac, critique

© gaelle kermen 2010

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s